X in 1 Pc-Engine

pcexin1_thumb

Le saviez-vous ? La PC-Engine de NEC fût elle aussi piratée en son temps. Pourtant bien moins populaire que ses consœurs 8 ou 16bit et surtout beaucoup moins bien distribuée en dehors du Japon (France, UK et USA étant des exceptions), il est donc plutôt étonnant de voir que la plus mimi de toutes les consoles aient aussi retenue l’attention des bootlegers asiatiques. Non seulement elle eut son propre copieur permettant de lancer les jeux sur disquette, comme cela se faisait chez ses concurrents, mais elle eut également le droit à ses Hu-Cards X in 1 pirates.
Continue reading

Hacks et X in 1 Megadrive

md_xin1

Aujourd’hui je vais vous présenter certaines des cartouches que j’ai ramené de Chine pour Megadrive. Je vous en ai montré quelques-unes pour Famicom il y a quelques jours mais sachez que ces cartouches existent aussi pour la 16bit de Sega. J’ai dégoté deux 4 in 1 et une 8 in 1 (cette dernière est vraiment excellente). Mais il faut savoir qu’en Chine (et en Russie, mais nous verrons cela dans un prochain billet), il existe un autre phénomène : celui du Rom-Hack. Le Rom-Hack consiste, à la base, à ripper des sprites et des décors de divers jeux pour en créer de nouveaux à partir d’un moteur maison. Bien souvent on se retrouve avec des jeux pas franchement terribles, mais certains ont tout de même le mérite de sortir du lot. Je vais vous en présenter quatre ici-même, pour le meilleur et pour le pire…
Giggle
Continue reading

Famicom Chinoise 小霸王 et cartouches x in 1

famiclone_thumb

Afin de vous présenter en détail mes achats retro-gaming effectués lors de mon dernier voyage en Chine, j’ai décidé d’ouvrir le bal avec un clone Famicom neuf en boite d’excellente facture accompagné de quelques cartouches dites X in 1 (comprendre plusieurs jeux en une). Avant de renter dans le vif du sujet, je tiens à ouvrir une petite parenthèse et à préciser que la plupart des choses que je vais vous présenter dans les jours à venir ne sont bien évidement pas officielles (hormis les jeux Ique), et d’ailleurs je suis sûr que certains d’entre vous n’hésiterons pas à clamer que ces objets n’ont par conséquent aucune valeur en terme de collection. Je voudrais préciser que je ne suis pas entièrement d’accord avec ce concept puisqu’en tant que vrai retrogamer je m’intéresse aussi aux différents marchés du jeux-vidéos dans le reste du monde et à leur histoire. Ces versions, pirates certes, font intégralement parti de l’histoire du jeux vidéo en Chine (pays où ils sont encore interdits officiellement!) et ont donc à mes yeux toute leur place dans ma collection et ma culture vidéo-ludique. En plus cela reste des objets très sympas, exotiques, et finalement peu courant dans nos contrées. Je ferme maintenant cette parenthèse afin de vous présenter ma nouvelle famicom.
Continue reading